Créer une petite forme « Marionnettique »

D’après le texte captivant « Après grand c’est comment ? » de Claudine Galea
Construction de marionnettes-silhouettes-peintes, manipulation, interprétation et jeu

Du 20 au 25 février et du 27 février au 3 mars 2023 (77 heures)
Avec Sandrine Maunier et Sylvie Osman

OBJECTIF GÉNÉRAL

Entrer dans une démarche de création personnelle et collective au service d’une » Forme Brève « à partir d’un extrait du texte contemporain « Après grand c’est comment ? » de Claudine Galea. Créer cette « Petite Forme » de l’étude du texte à la construction de marionnettes-silhouettes-peintes ; de la manipulation, l’interprétation à la mise en jeu à vue et en théâtre d’ombres.

 

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DE LA FORMATION

  1. Lecture du texte ; étude dramaturgique, ce que l’histoire nous raconte. Échange autour des personnages, leur caractère et leurs actions. Un temps d’échange avec l’auteure.
  2. Conception, puis construction des personnages
  3. Apprentissage de la manipulation
  4. Interprétation et jeu
  5. Restitution d’une « Petite Forme » dans une classe de CE1 et dans l’Atelier d’Arketal dans le cadre d’un Puppet Café

Nombre de participants : 6
Public : Professionnels du spectacle vivant, marionnettistes, comédiens, conteurs, intervenants artistiques
Prérequis : 2 ans d’expérience professionnelle
Frais pédagogiques : 1370,00 € tarif AFDAS, autres tarifs nous consulter
Date limite de candidature : 29 janvier  2023

L’AUTEURE
Claudine Galea

…Lorsque j’ai découvert que je pouvais écrire pour l’enfance, cela a été une joie intense, comme je n’en connais pas par ailleurs. Sans doute parce que l’enfant – avec ses exigences, son amour, son espérance, son envie de dévorer le monde, sa confiance – n’est pas complètement altéré par les épreuves du temps et de la vie. Me reconnecter avec cette pulsion vitale a été fondamental et le demeure.

FORMATRICES

Sandrine Maunier – marionnettiste, factrice de marionnette

J’aime la poésie visuelle que nous donne à voir Claudine Galea dans son écriture…les mots, les objets prennent vie…on se sent habité, devenir hôte de son univers, on a envie de l’accueillir dans notre maison, sous notre escalier…et moi par-dessus tout j’ai envie d’aller dans sa maison et me glisser dans son livre.

Sylvie Osman – metteure en scène, marionnettiste

Avec Titus mon esprit a refusé de se laisser capturer, j’ai dialogué avec l’Escalier, le Rêve et l’Histoire… Avec Mère et Père, j’ai cherché Titus sous l’escalier je ne l’ai pas trouvé je me suis inquiété le temps m’a avalé…Claudine Galea m’a fait une place dans son histoire. J’aime son écriture j’aime sa fantaisie, sa liberté de donner la même place aux humains et aux objets avec un naturel bouleversant.

DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DE LA FORMATION

Le 1er jour : Point 1 (lundi)
Les 4 jours suivants : Point 2 (mardi, mercredi, jeudi, vendredi)
Le 5 ème jour : Point 3 (samedi)
Les 6, 7, 8, 9 et 10 ème jour : Point 4 (lundi, mardi, mercredi, jeudi)
Le 11 ème jour : Point 5 – Restitution dans 1 classe de CE2 (vendredi)

 

  1. Lire le texte « Après grand c’est comment » de Claudine Galea et étude dramaturgique
    « Le mot, dramaturgie, a connu une remarquable évolution sémantique au cours des siècles. Selon le Littré il est l’art de la composition des pièces de théâtre…. A partir du XXème siècle, La dramaturgie n’est plus seulement le fait d’un spécialiste mais de toute l’équipe de réalisation. Si la dramaturgie est cet ordre où tout signifie, du théâtre elle englobe le texte, la mise en scène, la scénographie, la construction des Figures, le jeu…tout » (Michel Corvin).

    • Étudier le titre et le genre : narration et dialogues
    • Étudier les personnages avec leurs caractéristiques ; les lieux ; les actions ; le sens.
    • Rencontre avec l’auteure Claudine Galea, échanges, questions sur son texte, ses chansons.
  2. Conception et construction des personnages
    • Exploration du langage de l’ombre et du jeu à vue (entre expérience au plateau et 1ère silhouette)
      • Exploration du langage de l’ombre et du jeu à vue
      • d’ombre corporelle (jeux de lumière, disproportion, mobilité, métamorphose…
      • Construction d’une 1ère silhouette exploratoire
    • Exploration de l’espace immersif de l’ombre
      • Exploration des silhouettes dans un espace scénographique d’écrans de papier
      • Chaque stagiaire choisit ses personnages à construire
    • Construction des marionnettes-silhouettes
      • Présentation de prototypes
      • Construction d’un personnage en marionnette-silhouette articulée de profil et construction d’un personnage en marionnette-silhouette de face.
      • Exploration en ombre des marionnettes construites dans l’espace de jeu.
      • Commencer à apprendre le texte
  3. Apprentissage de la manipulation
    • Approche spécifique de la marionnette d’ombre en tant qu’instrument de l’étonnement
      • Positionner la marionnette par rapport à la lampe, à l’écran, au corps du marionnettiste et observer les effets de projections
      • Créer des disproportions (du petit à l’immense), des déformations, des immersions, des apparitions, des disparitions …
    • Approche de la marionnette à vue et de l’ombre en tant qu’instrument technique
      • Notion d’inanimé / animé
      • Exercices de manipulation de base : passage de la marionnette de la main gauche à la main droite et inversement ; particularité du mouvement avec une marionnette-silhouette : déplacement latéral, vertical, retournement.
    • Approche de la marionnette en tant qu’instrument sensible d’après les textes de chaque personnage.
      • Transposer des états (ex : la fatigue) par le mouvement ; transposer des émotions, dans le texte de Claudine Galea, par le mouvement dans la marionnette.
      • Passer l’énergie du marionnettiste dans le corps matière de la marionnette
      • Anticiper le mouvement pour préparer la position des mains sur le corps de la marionnette ; immobiliser la marionnette entre 2 mouvements pour mettre en valeur l’état du personnage
      • Accélérer, ralentir le rythme en fonction de l’action, de l’état intérieur du personnage
      • Séquencer les mouvements ; animer la marionnette avant de parler. Le mouvement précède la parole.
      • C’est la marionnette qui agit, qui ressent, qui parle. Le ou la marionnettiste met son énergie, son souffle au service du personnage- marionnette.
      • Continuer à apprendre le texte
  4. Interprétation et jeu :
    • Un langage multiple
      • Une approche simultanée de 3 langages : L’interprétation d’après le texte ; projeter le mouvement dans la marionnette-silhouette, d’après les états du personnage ; le mouvement dans l’espace. Ce travail s’élabore dans le temps des répétitions.
      • Se mettre au service de « l’instrument ». C’est la marionnette qui parle.
  5. Restitution d’une « Petite Forme dans l’Atelier d’Arketal
    • L’après-midi, devant 1 classe de primaire de CE1
    • En début de soirée, dans le cadre du Puppet Café (Moment convivial organisé à la fin des stages de L’Atelier d’Arketal, dans un esprit de partage du Théâtre de marionnettes.

La restitution ne dépassera pas 1H30 et sera suivie d’un bilan de fin de stage (entre participan-tes).
Prévoir votre retour à partir de 21h00 ou le lendemain.